Le patois bressan

Éy'a dè lé vyo tepin k'on fa de bena choupa.

Retour Accueil

 

 

Bonjour

On nous a demandé de faire une page dédiée au patois bressan, ce que nous faisons avec plaisir.

 

Pour commencer, nous vous plaçons des liens vers des lexiques disponibles sur internet, avec l'espoir que quelques uns d'entre vous nous produisent des textes en tout genre, ou même des traductions des articles du site. Moi, je suis bressan d'adoption, hélas.

 

Il existe deux dialectes bressan: le bressan oïlitan et le bressan francoprovençal.

Quelques sites :

 

- Le bressan franco-provençal : Lire

- Tradition haute Bresse : Lire

- Dictionnaire bressan francoprovençal, projet Babel : Lire

- Le verbe avoir en bressan, et quelques exemples : Lire

04/01/16 Les voeux des Ren du tou

Les Ren du Tou de Vot Villaige Vo souhaitent une boune anhée qu’vint, une boune santé à Vo tous.
J’ sors juste de fare une 1ére chronique en patouais, que me rvoilà déjà. A lo aussi sur le site ABYZ iki. Assteur, l'patouai yo rare, y o précieux et pe aprei, j’y crei.
On Vo souhaite de V’ni nombreux, Vo et Vos feunes, Vos p’tios et vos vouaisins, à c’tes réunions que faisin l’ABYZ.
Y éto autrefouais, les souaires aprés l’ boulot, on allo écheiller les pnouilles de troquet, chez not Voisin. Y en avo une montagne au fond d’la grange à la sote, prés du cout’hi(chi), à fare derniei les veiches. Iot bein vrai, j’y sei bin. Yo le bon temps.
On s’aido, on s’causo et après on bouaivo le café et pe la gnôle en migeot des bugnots et des crâpées.
Y éto c’ment c’qui autrefouais et bin aveu ABYZ y o c’qui.
Allez, boune lecture et pe à la rvoyure.
 

30/11/15 Gazette D’ Ren Du Tou

J'sin eune nouvale assoc qué y’eto dan not’ villaige, j'sin pas iqui depeune bin
dé lustres, ma j'sin bin effcace.
Aveu bin du mau, j'avin trouvo qu'y avo qekchose pas bin régulier qué
s'passin iqui !...
J'avin trové qué pou boucher l’ trou d’ poulot des chemins de nos chomps, on
payo pas tous sa sienne :
Y avo cestiqui qué payin ren d’ tou de ren d’ tou d’peun bin des lustres !...
Y avo cestiqui qué payin pas tou, p’t’êt’ bin c’qué voulin !...
Et pe y avo nos. Nos on payo taujeo tou, même c’qu'on d'vo pa !...
Cst’iqui qu'avin du bouais, zeux, et bin l dvin pas payo. Et bin si ! L payin pou cst’iqui qué payin poin, a yote piace quouai !...
E pe c’ barrère à vèches qué mettons pou no empouché d'passer, yeto pas bin normal c’qui et pe en pieu, aveu nos sous, qué les mettons.
L dison qu'yeto à cause des 4x4 des chaissous, ma zeux, azon bin des 4x4 atou !...
L’von pas no fare crére que les 4x4 des chaissous abimon pieu lo ch’mins des chomps que les yotres, troua fouai plou gro, Ah neni !...
Et bin j’va pa y lassé fare souai, l von bin vouaire c’qué von vouaire,
voulo pas payo pou yo et pe l nou empouchron jama d’ pacher chi nos !...
 

Extrait du poème La Piémontaise :

[…]

En depi déz éfor de Don Sancho de Luna
Que devet arraché avoy sé dan la lune
I ressiut su lo gron una tala paná
Que jamé du depuy i ne levit lo ná

 

Il déjavitit prau devan que de mury
Mé dé cau de la mór on ne po pa gary.
E gn i ut ple de sinq cen qu’on trétit comen sey.

Que n’euron du depuy jamé ne fan ne sey
Ló Francey couragiau et ló bravo Braissan
Furon à sely cau tuy bardullia de san,
Du san de l’ennemy que l’avan épanchat; 

 

 

 

Léz arme, et gliauz abit en furon tuy tachat.
Bravo Marqui d’Urfé, prudent, vaillan et sajo,
Tu monstre bin toujor que t’é plain de courajo.

Tu ne po pas failly, qua sé de ta mayson,
E plu bravo garry son de compareyson :

Conto de San Trevy, ton courajo bullian
Te fit cogneytre adon per un homo vaillan,
Qua jamé l’ennemy ne te put repaussa
N’empaché que su sey tu ne pusse passa
.
[…]

 

(source : Lire, université de Laval, Canada)

 

[…]
En dépit des efforts de Don Sancho de Luna,
Que devait arracher avec ses dents la lune,
Il reçut sur le groin une telle raclée
Que jamais plus depuis il ne leva le nez.

 

Il remua beaucoup avant de mourir,
Mais des coups de la mort on ne peut pas guérir.
Il y en eut plus de cinq cents qu’on traita ainsi.

Qui n’eurent depuis jamais plus ni fin si soif.
Les Français courageux et les braves Bressans
Furent alors tout barbouillés de sang,
Du sang de l’ennemi qu’ils avaient épanché;

 

 

Les armes et leurs habits en furent tout tachés.
Brave marquis d’Urfé, prudent, vaillant et sage,
Tu montres bien toujours que tu es plein de courage.
Tu ne peux pas faillir car ceux de ta maison,
Aux plus braves guerriers sont de comparaison :

 Comte de Saint-Trivier, ton courage bouillant,
Te fit connaître ainsi comme un homme vaillant,
Car jamais l’ennemi ne te put repousser
Ni empêcher que tu puisses passer.
[…]

 

Tous les experts s'accordent sur le fait que la terre est capable d'assurer la survie de chacun de ses habitants. Paradoxalement, plus de 850 millions de personnes souffrent de la faim et la quasi totalité des sous alimentés sont des producteurs de nourriture.

Si les famines sont essentiellement d'origine politique, la sous alimentation est le fruit du fonctionnement de l'économie mondiale.